Accueil

Peindre en mots, écrire pour dévoiler. Écrire comme on se perd, comme on se gagne aussi…

Je ne compte pas le temps passé à créer et je mets mon âme dans mes récits. Indépendant, ne bénéficiant pas des réseaux de distribution de grands éditeurs et sans campagne publicitaire, ma présence en librairie aurait peu de sens. Vous ne m’y trouverez donc pas, et à marge globalement égale mon pélican postal sera votre libraire à domicile.
Ma démarche est de partager, de donner le meilleur de moi-même pour produire français et de qualité, en local, sans intermédiaires superflus et en faisant travailler un imprimeur du département. Cette aventure touche déjà plus de monde que je le pensais, et j’en suis très heureux.
Mon seul média est le bouche à oreille. Je compte sur chacun d’entre vous, vous que mes mots auront touché, pour parler de mes livres, pour en offrir peut-être. J’aurai ainsi la plus belle, la plus vraie et la plus sincère des publicités : mes lecteurs 🙂

– Le premier bébé né de cette démarche se prénomme ISABELLE, pèse 370 grammes, mesure 21cmx14,8 (format A5) pour un volume de 284 pages. Quand on lui touche le ventre il raconte une histoire magique débutant lors d’une randonnée dans les Pyrénées. Cerise sur son berceau et comme pour ses frères et sœurs, ses frais d’adoption dérisoires pour de telles mensurations.
– Le second est un petit frère : RÉJOUIS-TOI. Attachant mais plus rude, il pousse des cris rauques quand on lui touche le ventre. Un garçon…
– Le troisième : DAZIBAOS. Non non pas pour les allocs, simplement pour que l’aventure continue entre nous.
– ÉMANATIONS DES SENS. Cet opus4 est un petit recueil de nouvelles, ou plutôt de variations autour des sens, de ressentis.
– SPERMATOZOÏDES. Jamais plus vous n’oublierez qu’un jour vous avez été le brillant vainqueur de cette course à la vie qui a fait qu’aujourd’hui vous êtes… et me lisez.
– Nouveauté 2017 : MOJITO ERGO SUM. Un roman frais et pétillant à base de mojitos.

Nota : même si le pélican livreur devient de plus en plus gourmand en sardines, il a promis que les livres ne sentiraient pas.